L'Argolide est un grand jardin qui sent bon la fleur d'oranger et de citronnier

P1070899

Sur l'itinéraire "Bis" (déviation qui permet de contourner Argos) on passe entre les orangeraies et à la floraison, l'odeur est presqu'insoutenable, souvent ennivrante.

Mais en ce moment, ce trajet n'est que triste spectacle! Alors que la saison touche à sa fin et que la récolte devrait être terminée,  les producteurs du beau fruit cherchent encore désespérément à qui vendre leur produit. Vous verrez donc  les arbres chargés de fruits  (non récoltés)  et même de fleurs (car en plus! certains ont eu une floraison prématurée). Bientôt les fruits vont tomber et pourriront au pied des arbres...Il semblerait que les acheteurs potentiels venus du nord de la Grèce ne soit pas descendus cette année, provocant la désolation...

On ne s'étonnera donc pas des barrages et de la mobilisation des agriculteurs grecs qui font la une des journaux depuis une dizaine de jours, bloquant routes et péages!

L'exemple des oranges est significatif: les producteurs (quand ils arrivent à les vendre!) touchent en ce moment jusqu'à 15 centimes le kilo. Après retenues diverses, on arrive à 10 centimes nets!  Pour certains, la baisse spectaculaire du prix de l'orange est une catastrophe! Le produit de la vente sert à peine à rembourser les frais d'entretien et de récolte. (et l'oranger est un arbre fragile qui demande des soins constants)

Le pire c'est qu'elles sont souvent vendues aux coopératives pour la fabrication de jus de fruits industriels, alors que leur qualité gustative en fait une des meilleures oranges d'Europe, juteuse et sucrée à souhait! Quel gachis!...je ne comprendrai jamais ces histoires de quotas et d'autorisation ou d'interdiction à l'exportation de l'Union Européenne...un système dont je ne vois que le résultat: de magnifiques oranges déversées sur la route par des agriculteurs en colère......

portokalia_sto_dromo

Crédit photo: EUROKINISSI

Ce matin j'ai entendu un journaliste Grec dire: "je n'ai jamais compris pourquoi on trouve des oranges d'Israël sur le marché grec, alors que nos oranges sont jetées ou pourrissent"....OUF! Me voilà rassurée.....il n'y a pas que moi qui n'y comprend rien!

Les économistes et tous ceux qui Y comprennent quelque chose sont les bienvenus pour laisser leur commentaire et leurs explications...